Panier

Articulation – Automatisation en langage spontané


Dans un précédent article, je vous présentais un guide simple et concis retraçant les différentes étapes d’une prise en charge logopédique en articulation.

Vous avez été nombreux à me demander un article plus précis concernant la dernière phase d’automatisation en langage spontané.

Pour rappel, une fois que nous avons abordé la sensibilisation et la proprioception (étape 1) avec l’enfant, et effectué des tâches induites (étape 2) et semi-induites (étape 3), il s’agit d’aider le patient à automatiser la production du son-cible. Au cours des étapes 2 et 3, ce transfert dans le langage spontané s’effectue naturellement, petit-à-petit. Il est toutefois nécessaire d’apporter un « coup de pouce » au patient, afin d’encourager ce transfert (étape 4).

Le transfert dans le langage spontané est favorisé par les points suivants :

1. Les activités de type PACE
  • La méthode PACE

La méthode PACE (Promoting Aphasics Communicative Effectiveness, Davis et Wilcox, 1981) a initialement été pensée pour travailler avec les patients présentant une aphasie. Elle s’ancre dans une thérapie de la communication globale et fonctionnelle, basée sur certains paramètres de la communication duelle.

  • Adaptation de la méthode PACE

Les activités de type PACE sont donc des activités ouvertes, mettant en jeu la communication référentielle. Mais, la communication référentielle, qu’est-ce que c’est ?

« La communication référentielle peut se définir comme le fait de transmettre une information précise concernant non plus les individus et leurs états mentaux mais leur environnement. » Ou plus simplement, il s’agit de la capacité à transmettre des informations précises à un interlocuteur, qui n’en a pas connaissance. Nous sommes en plein dans la « théorie de l’esprit ».

Lors de ces tâches de type PACE, nous nous rapprochons de très près du contexte spontané via la communication référentielle. De plus, ces activités « ouvertes » débouchent généralement sur des propos de l’enfant, dans lesquels il va raconter des anecdotes personnelles. Comment peut-on mettre en place une communication référentielle en séance ? Rien de plus facile ! Il suffit de placer un cache entre le patient et le thérapeute avant de démarrer l’activité choisie.

  • Idées d’activités de type PACE

Les activités pouvant être proposées sont multiples ! Laissez parler votre imagination et votre création !

Voici deux idées que vous pouvez exploiter avec vos patients :

Rassembler les paires : Nous prenons les paires de cartes d’un memory ou d’un jeu précis (exemple : « Animasons – Orthoédtion »). Nous en distribuons 4 à chacun (pour rappel, les joueurs sont séparés par un cache, ce qui rend les cartes non-visibles par l’adversaire). Le reste des cartes constitue la pioche. Le but du jeu est de rassembler le plus de paires en demandant les cartes voulues à notre camarade de jeu, de la manière la plus précise possible, tout en se concentrant pour bien produire les sons-cibles.

Jeux de familles : L’activité est semblable à la précédente. L’objectif est d’être le joueur à avoir reconstituer le plus de familles. Comment ? En demandant précisément le(s) membre(s) manquant(s) pour compléter notre famille.

Il est à noter que dès que nous remarquons une altération du phonème-cible dans le discours de l’enfant (au cours d’une activité ou en spontané), nous pouvons intervenir de manière non-verbale. Il s’agit alors de guider le patient en attirant son attention sur le son-cible grâce aux moyens d’aide que nous avons adoptés (cf. étape 1 du « Guide de prise en charge en articulation »). En principe, cela amène l’enfant à s’autocorriger sans intervention verbale de notre part. Le renforcement positif (détaillé ci-dessous) sera également de mise durant ces phases de jeux !

Ces activités de type PACE sont également géniales pour travailler la syntaxe et la morphosyntaxe. Je pense par exemple à la stimulation de la voie passive, avec les cartes absurdes du jeu « Cartasyntax – Mot à Mot ». Vous pouvez aussi utiliser les activités de type PACE dans d’autres domaines (prises en charge en langage écrit).

2. Le renforcement positif


Vous connaissez très certainement le renforcement positif, et l’appliquez probablement inconsciemment dans votre pratique. Je vais tout de même m’attarder sur ce point, qui est primordial.

Dès le début de la prise en charge, nous veillons à encourager l’enfant dès que le phonème-cible est bien produit. Ce renforcement positif est indispensable dans la phase d’automatisation ! Il ne faut pas hésiter à féliciter l’enfant lorsque nous remarquons des efforts articulatoires (ici, en production spontanée notamment). Sa fierté (et la nôtre, évidemment!) n’en sera que plus grande, et il sera désireux de reproduire les comportements amenant un renforcement positif. Nous nous retrouvons alors dans un cercle vertueux : l’enfant produit bien le son-cible, nous l’encourageons et le félicitons, il le produit plus fréquemment, nous sommes tous les deux très fiers, etc. Bref, vous avez compris le mécanisme. 😊

3. Collaboration avec l’entourage


Dès le début de la prise en charge, les parents doivent être impliqués (cf. étape 4 du « Guide de prise en charge en articulation »). . Leur implication est d’autant plus importante lors de la phase spontanée ! Le petit patient sait pourquoi il se rend chez son logopède, ce qui biaise notre observation quant à ses progrès. En effet, l’attention de l’enfant sera davantage portée sur son articulation lorsqu’il se trouve au sein du cabinet. L’entourage joue donc un rôle primordial dans l’automatisation de l’articulation, d’une part en appliquant les conseils fournis par le logopède, d’autre part en observant l’enfant et en relayant ces observations au thérapeute. En effet, ce sont eux qui voient et écoutent l’enfant de la manière la plus spontanée qui soit : à la maison.



J’espère que cet article vous aura fait découvrir une nouvelle technique à appliquer avec vos patients. Vous m’en direz des nouvelles ! 🌞



Sources

“A propos de la P.A.C.E.”, https://orthophonie.org/a-propos-pace-11740.html, Actualités Orthophoniques (site web), 1er octobre 2013.

“COMPORTEMENT ANIMAL – Communication animale – Communication référentielle”, Dalila BOVET, https://www.universalis.fr/encyclopedie/comportement-animal-communication-animale/3-communication-referentielle/, Universalis (site web).

Claire Tiraby

About Claire Tiraby

2 Comments

Leave a Reply